_DSC3190En choisissant de faire vivre le personnage de Manu, au-delà de la tragique disparition de son interprète l’an dernier, Canal + a pris un risque. Pas simple en effet de faire oublier le visage du comédien Frédéric Graziani, l’un des piliers de « Mafiosa », qui continue ce soir à 20 h 55. Plus connu derrière les platines des soirées branchées, le DJ Philippe Corti, de son vrai nom Corticchiato, y parvient pourtant sans accroc. « Lors des essais, je lui ai demandé d’être dur et sympathique, avance l’auteur et réalisateur de la série, Pierre Leccia. On a oublié qu’il était DJ pour se concentrer sur l’acteur. Il incarne un autre Manu mais pas si différent du premier. »

En se glissant dans la peau du porte-flingue de « Mafiosa », l’intéressé, lui, avoue avoir eu le trac lors de sa première scène, celle du mariage de Tony, joué par Eric Fraticelli, son acolyte dans la fiction. « J’étais mal toute la journée car il y avait beaucoup de gens qui aimaient Frédéric Graziani. Ils me connaissaient grâce à mes soirées et ils attendaient tout de moi. » Guidé par son partenaire et le réalisateur, Philippe Corti a travaillé son rôle en faisant appel à certains souvenirs. « Manu est un mec gentil mais qui peut devenir barjot et appuyer sur la détente, décrit-il. Le scénario ne m’a pas laissé beaucoup de choix : il fallait être à fond, tendre avec ma fiancée et dur lors de braquages. Je me suis servi de mon expérience dans la voyoucratie (NDLR : il a fait deux ans de prison pour s’être associé à un trafic de drogue) ! Dans le monde de la nuit, j’ai rencontré des voyous comme Francis le Belge. Deux d’entre eux sont venus me saluer sur le tournage : ils aiment Mafiosa car beaucoup d’histoires sont inspirées de la réalité. »

Originaire du village de Francardo, en Haute-Corse, l’organisateur de fêtes est lui aussi devenu fan. « Depuis la saison 3 elle est tournée en Corse, la série a pris une vraie identité. Faire une fiction sur la mafia chez nous, c’est compliqué. L’île est un pays de non-dits. Cependant, tout ce qu’on ne peut pas dire en public est abordé dans Mafiosa, comme une thérapie ! » Quant à savoir s’il se sent légitime en tant qu’acteur, l’ami et ex-complice de Thierry Ardisson dans ses émissions « Bains de minuit », « Lunettes noires pour nuits blanches », « Tout le monde en parle » le jure : « J’ai fait cela avec mon cœur. La légitimité s’acquiert. J’ai pris ce rôle comme un cadeau, j’ai croqué dedans et cela m’a donné envie d’être meilleur pour continuer. » (Le Parisien Carine Didier)

Menu